Archive for the ‘Chronique CD’ Category

Artiste : Hypno5e
Album : Shores Of The Abstract Line
Sortie : Février 2016

Hypno5e - Shores Of The Abstract Line

Tracklist :
1. East Shore – Landscape In The Mist
2. East Shore – In Our Deaf Lands
3. West Shore – Where We Lost The Ones
4. West Shore – Memories
5. Central Shore – Tio
6. North Shore – The Abstract Line
7. North Shore – Sea Made Of Crosses
8. South Shore – Blind Man’s Eyes

Après quatre ans et quelques déboires, les montpelliérains de Hypno5e sont de retour avec un troisième album qui aura la lourde tâche de passer derrière le chef d’oeuvre Acid Mist Tomorrow. Inutile d’y aller par quatre chemins, c’est chose faite. Et même plutôt très bien faite.

On pourrait reprocher au groupe d’utiliser la même recette que pour ces précédents albums, mais cette recette se bonifie avec le temps et prends encore plus d’ampleurs et ce, des deux côtés principaux de la musique du quatuor. Les parties calmes et mélancoliques sont plus travaillées et les voix d’Emmanuel et de Gredin sont plus touchantes qu’auparavant. Quant aux parties violentes, là aussi le groupe a pris soin de nous en mettre plein la vue avec des riffs et une puissance encore jamais vue chez Hypno5e. Le côté clair / obscur cher à Hypno5e est donc encore plus présent que par le passé et le résultat est une vraie réussite.

On pourrait reprocher au groupe de vouloir trop faire dans le psychologique et l’intellectuel avec les différents extraits de livre, poème,… Pourtant ce sont des éléments qui sont autant important que le reste chez Hypno5e. De Neruda à Céline en passant par Hemingway ou Bukowski, le groupe continue d’explorer différents univers artistiques pour nous faire passer leur message. Le comprendre est peut-être compliqué, mais c’est aussi ce côté intriguant et complexe, que l’on retrouve d’ailleurs également dans la musique, qui fait que Hypno5e nous transporte toujours. Déjà entendu dans Acid Mist Tomorrow, nous retrouvons du chant en Espagnol, qui vient s’ajouter au Français et Anglais. Une difficulté de plus pour l’auditeur mais qui colle toujours parfaitement avec le reste.

Particulièrement bien travaillé au niveau du son avec une belle mise en avant de la batterie et des éléments d’orchestration, et toujours cette petite retenue pour les voix. La production de l’album, qui a été une nouvelle fois réalisé par le groupe lui-même, est à l’image de l’album: une réussite. Chaque élément trouve bien sa place et est mis en avant quand il faut.

Ce nouvel album est la suite logique pour Hypno5e. Complet, riche, sans faille, Hypno5e réussi encore une fois un émerveillement pour les auditeurs. En dehors de tout ce qui se fait à l’heure actuelle, Hypno5e se pose comme un incontournable dans le monde du Metal.

Note: 18/20

The ARRS – Khronos

Posted: 29 septembre 2015 in Chronique CD

Artiste : The ARRS
Album : Khronos
Sortie : Août 2015

The ARRS - Khronos

Tracklist :
01. Kombat
02. Acta Non Verba
03. Hors Norme (ft. Alex Erian de Obey The Brave, Despised Icon)
04. La Quête
05. Du Ciel Et De La Terre
06. Les Rives Du Temps
07. Khronos (ft. Julien Truchan de Benighted)
08. IV Horizons
09. La 25ème Heure
10. Titans
11. Nos Erreurs
12. Prophétie (ft. Poun de Black Bomb A)
13. Le Journal De Ma Haine (ft. Kubi de Hangman’s Chair)

Dix ans après leur premier album, les Parisiens de The ARRS reviennent avec Khronos, leur cinquième album et le deuxième avec ce line-up. L’évolution apporté par les 2 nouveaux sur Soleil Noir est de retour et le tout pour une galette au top.

Comme je viens de vous le dire, The ARRS poursuit son évolution vers un Métalcore moderne plus direct. Et il est clair que c’est très réussi. Le son très moderne et ricains aide parfaitement à avoir ce ressenti de parpaing en pleine face. Au niveau du riffing, même si The ARRS n’a rien inventé, l’effort est quand même fait pour ne pas se retrouver avec des morceaux qui se ressemblent tous. On retrouve les éléments classiques de ce style avec quelques touches plus Deathcore comme sur « Khronos », voir même plus mélodique sur « IV Horizons ». L’album est très dense mais les deux interludes, « Les Rives du Temps » et « La 25ème Heure », viennent aérer un peu le tout. Le disque s’avale donc sans difficulté, si ce n’est pour les cervicales qui sont mises à rudes épreuves. Les Parisiens se paient également le luxe d’avoir des invités de marque sur l’album et le tout en faisant coller parfaitement ceux-ci avec le morceau. Que ce soit Kubi (Hangman’s Chair) sur le dernier titre « Le Journal De Ma Haine », Julien (Benighted) qui apporte sa voix de porcins sur « Khronos », Poun (Black Bomb A) et sa voix criarde sur le final de « Prophétie » et surtout Alex (Obey The Brave / Despised Icon) qui colle parfaitement avec Nico sur la tuerie « Hors Norme ». Au final, il n’y a donc pas grand chose à redire sur Khronos qui est une belle claque et qui s’appuie sur les éléments qui ont déjà fait le succès de The ARRS en y ajoutant les nouvelles influences des nouveaux membres.

Ce cinquième opus confirme donc tout le bien qu’on pensait de The ARRS, qui s’affirme encore plus comme l’un des leaders de la scène Metalcore Française.

Klone – Here Comes The Sun

Posted: 22 juillet 2015 in Chronique CD

Artiste : Klone
Album : Here Comes The Sun
Sortie : Mars 2015

Klone - Here Comes The Sun

Tracklist :
01. Immersion
02. Fog
03. Gone Up In Flames
04. The Drifter
05. Nebulous
06. Gleaming
07. Grim Dance
08. Come Undone
09. The Last Experience
10. Summertime

Au fur et à mesure des albums Klone surprend son monde en évitant de faire deux fois le même album et en poursuivant une évolution constante. Le petit dernier Here Comes The Sun ne déroge pas à la règle et on se retrouve avec une petite pépite qui va mettre du temps à se faire apprécier.

Lors de la première écoute, on est un peu perdu par rapport à ce que les Poitevins ont pu nous proposer par le passée. Exit les guitares saturées, ici tout est calme et mélancolique. Seul point de repère pour les « vieux fans », c’est la magnifique voix de Yann, qu’on reconnait tout de suite. A côté de lui, les guitares se font légères et nous transportent autant qu’il peut le faire avec sa voix. Et que dire de Florent. On savait déjà qu’il était à l’aise dans différent style, mais il a vraiment élevé son niveau sur cette album et participe grandement à l’ambiance générale de l’album. Les lignes de basse sont également très réussies et les touches de saxophones / samples le sont tout autant. L’album est relativement homogène, même si je ressens une légère baisse lors de la seconde partie de l’album, qui est moins prenante. Il faut dire que les premiers morceaux sont des tueries. Que ce soit « Immersion », qui porte bien son nom puisqu’il nous permet de bien rentrer dans l’album, l’excellent « Gone Up In Flames » ou le majestueux « Nebulous », qui fait un peu office de pierre angulaire de l’album. Bien que toujours bien ficelée, la seconde partie fait un peu retombée le soufflé et on a presque envie de remettre au début.

L’album est donc une franche réussite malgré la petite baisse de régime dans la seconde partie de celui-ci. Klone réussit donc une nouvelle fois son évolution et il faudra continuer à surveiller les excellentes sorties d’un des groupes les plus audacieux de la scène métal Française.

Cancer Bats – Searching For Zero

Posted: 18 février 2015 in Chronique CD

Artiste : Cancer Bats
Album : Searching For Zero
Sortie : Mars 2015

Cancer Bats Searching For Zero

Tracklist :
01. Satellites
02. True Zero
03. Arsenic In The Year Of The Snake
04. Beelzebub
05. Devil’s Blood
06. Cursed With A Conscience
07. All Hail
08. Buds
09. Dusted
10. No More Bullshit

Après 10 ans d’existence et un excellent dernier album, les Canadiens de Cancer Bats reviennent en ce début d’année 2015 avec un cinquième album, Searching For Zero.

Le Punk/Hardcore qui a fait le succès du groupe est toujours présent, mais on sent que le groupe a voulu évoluer. Les grattes sont toujours aussi destructrices et le duo basse / batt tabasse toujours autant. L’évolution commence par la voix de Liam, qui surprend aux premiers abords. Parfois moins énervés, elle reste toujours aussi puissante et colle parfaitement avec les morceaux. Des morceaux qui sont eux aussi plus lourd. L’influence de Black Sabbath se fait énormément entendre sur cette album. On n’est pas non plus dans de la copie, je vous rassure. Pourtant à la première écoute et en étant fan de Dead Set On A Living, la réaction est bizarre. Bizarre dans le sens où c’est une surprise et que je ne m’attendais peut-être pas à ça. Mais à force d’écouter on sent que le groupe gagne en maturité et propose d’excellents morceaux. Ca va de « Satellites » et son refrain très punk, en passant par du plus classique « True Zero » ou le plus lourd « Cursed With A Conscience ».

La production signé Mr Robinson est excellente. Il a su capter l’évolution du groupe et retranscrit parfaitement ce qu’on a besoin d’entendre. L’album est relativement court, les dix morceaux tiennent en un peu plus d’une demi heure mais on ne voit absolument pas le temps passé.

Le groupe appuie un peu plus là où ça fait mal avec cette album et continue de nous arracher les tympans.

Lo! – The Tongueless [EP]

Posted: 16 février 2015 in Chronique CD

Artiste : Lo!
Album : The Tongueless [EP]
Sortie : Février 2015

Lo The Tongueless

Tracklist :
1. No Contrition
2. Orca
3. Litmus Beings
4. Megafauna

Presque deux ans après leur excellent second album, Monstrorum Historia et le départ de Jamie-Leigh, remplacé par Samuel Dillon. Les Aussies de Lo! reviennent avec un EP quatre titres qui sort chez Pelagic.

Alors pour ceux qui ne connaissent pas, Lo! c’est du Sludge teinté de Hardcore bien rentre dans ta face et vraiment bien foutu. Cette EP ne dérogera pas à la règle. Pas le temps pour une intro, on rentre direct dans le bain avec l’excellent « No Contrition », qui est relativement classique pour le style. Grosse guitare et grosse basse avec une batterie qui tabasse. Le chant hurlé est un peu plus criard que sur leur précédente sortie, mais cela ne dérange pas énormément. Au contraire, c’est même plutôt bénéfique à certains endroits. La production est très soigné et donne vraiment envie. Les deux morceaux suivants restent dans la même lignée et ne laisse que peux de temps mort. Le léger temps mort vient avec le dernier morceau, qui change un peu au niveau style pour se rapprocher du Post/Hardcore (la tournée avec Cult Of Luna a du aider). Ce morceau est également une franche réussite et le nouveau chant colle parfaitement avec cette petite évolution.

Au final l’EP passe très (trop) vite et on n’a qu’une envie c’est de relancer la machine. En espérant que le groupe reviennent rapidement avec un nouvel album.

Le groupe a sorti un magnifique clip pour le morceau « Orca » et je vous laisse le découvrir ici.

Une interview devrait également arriver dans peu de temps.

Syndrom 187

Syndrom 187 – Syndrom 187

Les potes de Syndrom 187 ont sortis un bon premier album avec cet éponyme. La recette est la même que depuis le début : chant en français et riffs qui envoient. L’album tient ses promesses avec 9 morceaux taillés pour le live, même si la construction reste classique. En même temps, c’est pas ce qu’on leur demande. On demande juste de faire mal et c’est plutôt réussi. Le morceau « Vendetta » avec Pico de Six Grammes Eight est une petite tuerie. Le reste de l’album suit bien et les fans de Metal Hardcore passeront un bon moment!


 

Abraham-Coilguns

Abraham / Coilguns – Split

Les 2 combos Suisses s’associent pour sortir ce joli Split qui prouve que ce sont des tueurs. Abraham, que je connaît beaucoup moins, propose un seul morceau de 16 minutes. Morceau complexe et voguant dans différents univers, il n’en est pas moins un très bon morceau qui passe très bien. Dur de juger par rapport à ce qu’ils ont fait à côté, mais si c’est du même accabit, jetez-vous dessus. Pour Coilguns, on est dans la continuité de ce qu’ils font de mieux avec les 2 morceaux rentre dedans que sont « Drainers » et « Leveling ». Pour « The Archivist », qui voit Pete Adams de Baroness venir poser un joli solo, on change un peu de registre et on retrouve ce qu’on a pu entendre ici et là sur Commuters pour une tuerie de plus 10 minutes. Le morceau le plus abouti de Coilguns? Peut-être. En tout cas comme la plupart des morceaux des Suisses, c’est une tuerie. A écouter d’urgence.


 

Trepalium

Trepalium / Voodoo Moonshine

Après un excellent H.N.P, Trepalium revient avec un EP 5 titres de tout premier ordre. Le groupe a mis en exergue son côté jazzy avec l’utilisation de cuivre qui accompagne les morceaux. Et c’est du plus belle effet. On est relativement proche du culte « Sick Boogie Murder » mais c’est tellement bon qu’on ne s’en lasse pas. Du coup 5 titres c’est vraiment trop court et on n’a qu’une envie, c’est d’en entendre d’autre. Le groupe peut voir l’avenir du bon côté avec cette EP qui démarque encore une fois Trepalium dans ce qu’ils savent faire de mieux et que peu de groupe font actuellement.


 

Slipknot

Slipknot / 5. The Gray Chapter

4 ans après la mort de Paul et 1 an après l’éviction de Joey, Slipknot revient (enfin) avec un nouvel album. Après la semi déception All Hope Is Gone, le fan qui sommeille en moi attendais cette album avec impatience. Les premiers morceaux sortis laissent penser que ça va être pas mal. Et c’est à peu près tout ce qui ressort. On est dans la même veine que AHIG. Des morceaux qui butent et des morceaux peu inspirés. Le groupe poursuit son évolution avec des morceaux forcément moins violent, mais malgré ça on retrouve quand même d’excellentes choses sur cette album. On va retenir les morceaux « Sarcastrophe », « Skeptic », « Lech », « Custer » et « The Negative One » qui sont des belles tueries, quelques riffs par-ci par-là et c’est à peu près tout. Je noterai quand même que le jeu du nouveau batteur est un bon point sur cette album, il faut dire que la prod le met bien en avant au détriment des grattes (ce qui est bien dommage également). Bref comme pour AHIG, c’est une semi déception.


 

Sick Of It All

Sick Of It All / Last Act Of Defiance

Alors que le groupe va bientôt fêter ces 30 ans de carrière (respect), Sick Of sort un dixième album qui continue ce que le groupe a créé depuis le départ. Energique, sautillant, puissant, bref du pure NYHC! Pas grand chose à dire de plus tant la qualité est présente. Alors on me dit dans l’oreillette que c’est pas vraiment inspiré… Peut-être mais est-ce qu’on reproche à AC/DC de faire la même chose depuis 40 ans? Non! Pourquoi? Parce que ça tue (bon je préfère 15 000 fois Sick Of mais le débat n’est pas là)! Quand c’est bien fait et que c’est fait avec le coeur ça suffit à faire le bonheur des gens.