Archive for mars, 2015

Interview de Lo! avec Carl

Posted: 10 mars 2015 in Interviews

Version française

MF : Bonjour Carl. Comme c’est notre première interview ensemble, peux-tu présenter le groupe pour nos lecteurs?

Carl Whitbread : Nous sommes Lo! de Sydney en Australie. Nous sommes un groupe de hardcore / sludge / metal dans la lignée de Breach, Old Man Gloom, Converge, etc…

MF : Après l’écoute de The Tongueless, il semble que Sam soit le meilleur choix après le départ de Jamie. Est-ce que ça a été dur de trouver et de choisir Sam?

Carl : On connaissait déjà Sam avec son ancien groupe Snakes Get Bad Press avec qui on a joué à de nombreuses reprises. Nous avons toujours aimé sa voix et sa présence sur scène. C’était donc notre premier choix lorsqu’il a fallu trouver un nouveau chanteur. Notre principal inquiétude était que le style ne soit pas trop éloigné de celui de Jamie, mais on pense que ça nous a poussé dans une direction légèrement différente et ça nous a fait beaucoup de bien.

MF : Vous avez sorti The Tongueless sous la forme d’un EP. Pourquoi avoir choisi ces 4 chansons avec Sam, plutôt qu’un album?

Carl : Dès que Sam nous a rejoint, nous avons voulu sortir du nouveau avec lui le plus tôt possible. L’écriture d’un album aurait pris trop de temps alors on a décidé de sortir cet EP pour faire le rôle d’apéritif à ce qui va arriver.

MF : La chansons « Megafauna » est un peu différente de ce que vous avez l’habitude de proposer, avec cette approche plus ambiante. Est-ce que c’est une évolution que vous allez explorer dans le future?

Carl : On a toujours des éléments ambiant dans nos musique. On n’a jamais essayé de forcé certains style ou direction. On prend juste ce qu’on croit marcher pour une chanson en particulier.
Pour « Megafauna » on aimait tellement le riff principal, qu’on a juste décidé de le répéter tout au long de la chanson et de construire les parties clean autour.

MF : Parlons un peu du clip pour « Orca ». D’où est venue cette idée de boue rose?

Carl : L’idée est venue du réalisateur Matt Devine. Il travail principalement pour des publicités et a travaillé avec notre bassiste Adrian (qui est producteur) dans le passée sur différents projets. Il est également un fan de Lo! et a accepté de travailler sur notre clip depuis pas mal de temps. Un soir lors d’un concert de Lo! il nous a soumis l’idée de rendre Sam comme une ‘créature’ qui prend vie avec la musique que nous lui jouons, et on a tous aimé directement. La couleur rose a simplement été choisie parce qu’elle contraste tellement avec le noir et que c’est une couleur qu’on ne voit jamais dans les clips metal.

MF : Le clip a été réalisé par Adrian. Est-ce que c’est un vrai avantage pour le groupe de pouvoir contrôler l’avancé d’un projet comme celui-là?

Carl : Le clip a été réalisé par un groupe de gens talentueux et dévoués. Comme je te l’ai dis, l’idée est venue de notre ami et réalisateur Matt Devine, alors il était au manette de la partie créative et on lui faisait confiance à 100%. Adrian est producteur donc il a pu organiser tout les éléments avec l’équipe, les lieux de tournages et matériels, mais il a aussi pu trouver des deals avec des personnes avec qui il a travaillé par le passé. Et c’était un vrai gain financier pour nous, vu qu’on n’avait pas énormément de monnaie pour le faire.

MF : Vous êtes plutôt bien installé en Australie. Est-ce que tu penses que l’Europe à un truc pour vous également?

Carl : Carrément, Je pense qu’on se sent plus à la maison en Europe. Aussi bien qu’est l’Australie, la scène métal est plutôt petite et il n’y a pas beaucoup d’endroit où aller. L’Europe semble avoir un plus large public et une meilleure appréciation du metal. Les opportunités de tournées sont également meilleures et plus simples, alors qu’en Australie, il n’y a que les 6 grandes villes où jouer et elles sont toutes à 10 heures de routes. Ce qui rend les choses compliquées et très chères.

MF : Vous travaillez avec Robin Staps et Pelagic Records. Est-ce que c’est une bonne opportunité pour exporter votre musique chez nous?

Carl : Ca nous a tellement aidé. Les choses sont plus simples aujourd’hui avec Internet, qui permet au groupe de tout de suite être vu en dehors de chez eux. Mais avoir quelqu’un qui connaît et comprend la scène metal dans le coin, poussant ta musique vers les bonnes personnes, est quelque chose qu’il est très difficile de faire tout seul.

MF : Ca fait deux ans depuis votre tournée avec The Ocean et Cult Of Luna. Comment c’est passé votre première expérience Européenne?

Carl : Nous étions tellement touchés d’avoir eu cette opportunité. C’est très rare qu’un groupe Australien puisse faire ça. Chaque point de cette tournée a été exceptionnel, des gens rencontrés, aux paysages en passant par les salles. Je dois admettre que c’était dur de devoir conduire d’aussi longue distance tous les jours et de ne pas avoir de jours de repos, mais c’est ce qui fait partie de cette expérience unique et on le referait sans hésitation.

MF : Les deux concerts que j’ai pu voir était vraiment excellent. Est-ce que vous prévoyez de revenir bientôt?

Carl : On a essayé depuis le jour où on est parti. C’est juste dur pour nous. On est encore en train de construire une base de fan et ce n’est pas facile de trouver des gros concerts. On croise les doigts pour pouvoir revenir bientôt.

MF : Merci d’avoir répondu à mes questions. Je te laisse avec le dernier mot.

Carl : Merci encore pour ton soutien! J’espère qu’on se verra bientôt.


English version

MF : Hello guys. As it’s our first interview, could you present the band for our readers?

Carl Whitbread : We’re Lo! from Sydney, Australia. We are a hardcore / sludge / metal band in the vain of Breach, Old Man Gloom, Converge, etc…

MF : After listening to The Tongueless, it feels like Sam was the right choice after Jamie’s departure. Was it hard to find and choose Sam?

Carl : We already knew Sam from his previous band Snakes Get Bad Press who we had played with on numerous occasions. We had always liked his voice and stage presence, so he was our first choice once we had to find a new singer. Our only initial concern was that his vocal style was quite different from Jamies, but we feel this has pushed us in a slightly different direction which has been refreshing for us.

MF : The Tongueless came out as an EP. Why did you chose to have those 4 songs with Sam over releasing a full length?

Carl : Once Sam joined we were very eager to get out new material with him on it as soon as possible. Since writing a whole album would have taken too long, we decided to just do an EP to act as a ‘taster’ of things to come.

MF : The song « Megafauna » is a bit different of what you use to do, with a more ambiant feeling. Is it an evolution you’re willing to approach in the future?

Carl : We’ve always had elements of ambience throughout our music, we’ve never really forced a certain style or direction, it’s just whatever we think works for a particular song.
For Megafauna we really loved the main riff so much, we just decided to repeat it for the whole song then build the clean parts before and after around.

MF : Let’s talk a bit about the video clip for « Orca ». Where did the idea of that pink slime came from?

Carl : The idea came from director Matt Devine. He primarily works on commercials and has worked with our bass player Adrian (producer) in the past on various projects. He’s also a fan of Lo! and had been keen to work on a clip for us for a long time. One night at a Lo! gig he was telling us about this idea of Sam being like a ‘creature’ that forms and rises up and down with the music that we’re playing at him, which we all loved straight away. The pink colour was simply chosen as it contrasted so well with black and was a really different colour to use in a metal film clip.

MF : The clip was made by Adrian. Is it a real advantage for small band to control the process for that kind of things?

Carl : The clip was made by a group of talented and dedicated people. As mentioned, the idea for it came from our friend and director Matt Devine, so he was basically in control of the creative side and we had 100% trust in him. Adrian is a producer so not only was he able to organise all the elements of the crew, locations and props, but he was able to call in favours and deals from people he had worked with previously, which was a huge benefit for us financially, as we didn’t have much money to make it.

MF : You are pretty well established in Australia. Do you feel that Europe has a thing for you as well?

Carl : Definitely, I think we’d feel more at home in Europe. As great as Australia is, the metal scene here is quite small, so there’s only so far you can go. Europe seems to have not only a wider audience but a greater appreciation for heavy music. Touring opportunities are greater and easier as well, whereas in Australia, there’s only really 3-6 major cities to play that are all at least 10 hours apart. It makes things very hard and expensive.

MF : You’re working with Robin Staps and Pelagic Records. Is it a great opportunity for you to export your music here?

Carl : It has helped us so much. Things are obviously much easier these days with the internet allowing bands to instantly expose themselves to an overseas market, but having someone who really knows and understands the heavy music scene in your corner, pushing your music to all right people, is something that is very hard to achieve on your own.

MF : It’s been two years now since you toured with The Ocean and Cult Of Luna. How was your first experience in Europe?

Carl : We were so humbled to be given the opportunity, it’s very rare an Australian metal band can do that. Every aspect of it was amazing – from the people we met, to the countryside, to the venues. Admittedly it was very tough having to drive such long distances every day and we didn’t really have any days off, but that’s all part of the unique experience and we would do it all again in a heartbeat.

MF : The two shows I saw back then were really good. Are you guys planning on coming back here soon?

Carl : We’ve been trying since the day we left. It’s just hard for us as we’re still building a fan base there so it’s not super easy to get a big run shows. Fingers crossed we can get back soon though.

MF : Thanks for answering my question. I will let you the last words.

Carl : Thanks again for all the support! Hopefully see you soon.