Archive for juin, 2017

Un des premiers groupe de Métal que j’ai écouté, jamais vu en concert, le tout à Nancy devant 25000 personnes. Même si j’avais quand même quelques doutes quand à la qualité scénique, je ne pouvais pas rater ça. D’autant que pour une fois j’ai pu faire un concert avec des amis qui ne sont pas du tout dans le milieu.

On arrive quelques minutes avant le début du show de SOAD, on se place au niveau de la cabine son et on attends quelques minutes que Daron entre en scène avec « Soldier Side – Intro ». Le son est très bon pour de l’open air et ça va permettre au moins de bien entendre tout le monde. Mes craintes sur la qualité scénique se confirme assez rapidement : tempo ralenti, quelques pains, un Serj qui bouge aussi bien que Ozzy, Daron qui a perdu de sa folie. Bon il reste Shavo qui bouge toujours et John qui groove quand même bien derrière les fûts. Alors oui pour un groupe de cette envergure et avec autant de monde, on en attends toujours plus, surtout en tant que musiciens. Pour les autres et si on met ça de côté, la soirée a été excellente. Le groupe enchaîne les morceaux sans pauses et le public était très très vivant en sautant, chantant et pogotant dans presque toute la fosse. Alors oui, les morceaux sont court mais avoir une trentaine de morceau pour 1h30 de set, c’est vraiment cool. En plus de ça, SOAD a vraiment bien choisi sa setlist en piochant dans toute sa discographie.
Une fois la déception de ne pas avoir ce brin de folie et d’énergie qu’avait le groupe à ces débuts, on passe quand même un très bon moment.

Setlist :
Soldier Side – Intro
Suite-Pee
Prison Song
Violent Pornography
Aerials
Mind (Intro)
Mr. Jack
DDevil
Needles
Deer Dance
Radio/Video
Hypnotize
Dreaming (Middle Breakdown)
Pictures
Highway Song
Darts
Bounce
Suggestions
Psycho
Chop Suey!
Lost in Hollywood
Question!
Lonely Day
Kill Rock ‘n Roll
War?
B.Y.O.B.
Honey
This Cocaine Makes Me Feel Like I’m on This Song
Cigaro
Toxicity
Sugar

Dès l’annonce de l’affiche, j’ai de suite su que cette nouvelle édition du Plein Air de Rock serait ma première. Rien que pour le retour de Psykup et Cult Of Luna ça valait le coup. Si on ajoute Nostromo et la découverte de Carpenter Brut, le tout pour un prix dérisoire, inutile de dire que le rendez-vous était pris. Pas de photo de ma part sur ce festival. J’avais envie de profiter un peu plus des concerts. D’autant qu’on est chouchouté. Le site est très sympa : il y a de la place, il y a de quoi se poser, le tout au milieu des arbres.

J’entame le fest avec les Messins de Dirty Red Shirts, que j’avais découvert en acoustique il y a quelques semaines de ça à la Machine. Et bien au complet c’est toujours aussi sympa. Il n’y a pas encore beaucoup de monde devant la petite scène, mais le public présent répond plutôt bien au groupe et ça permet de commencer ce Festival de la meilleur façon.

On continue le fest de loin avec Black Peaks et son Metalcore dans l’ensemble plutôt sympa, mais avec trop de chant clair. Ca avait l’air de plaire devant la scène, mais j’attendais ceux qui jouaient juste après.

Auteur d’un nouvel album excellent et après 9 ans sans les voir sur scène, l’attente était énorme. Je savais que le set de Psykup serait court donc je vous passerai la petite déception de n’avoir que 8 titres pour ce concert, tant la qualité scénique du groupe n’a pas bougé d’un poil. Les 2 nouveaux sont très bien intégrés et le reste fait le boulot. Que ça soit Brice, toujours aussi impressionnant derrière les fûts, ou le duo Ju / Milka qui tient la scène comme un seul homme. Le set sera fortement orienté sur Ctrl + Alt + Fuck avec le duo d’entrée « Violent Brazilian Massage » et « We Will Win This War » qui donne tout de suite le ton. Le son n’est par contre pas au top (ça sera plus ou moins une constante sur ce fest) avec des gros buzz par moment qui gêne beaucoup. Pour le reste c’est le top. Le nouvel album sur scène est excellent et les vieux morceaux sont toujours aussi bon. Le public se régale et le bordel devant la scène fait plaisir à voir. Après un « Teacher » énormissime le groupe quitte la scène, auteur un excellent set. A revoir très vite en tête d’affiche pour un show beaucoup plus long. Et comme il le dise au début de l’album : ‘They’re back’ et ça fait plaisir.

Setlist Psykup :
Violent Brazilian Massage
We Will Win This War
Do It Yourself
Shampoo The Planet
Cooler Than God
Love Is Dead
The Intelligence
Teacher

On enchaîne direct avec la machine de guerre Nostromo. Découvert (oui honte à moi) il y a quelques mois en première partie de Gojira, les Suisses m’avaient fortement tapé dans l’oreille et c’est donc avec plaisir que je reprend un petit coup de rouleau compresseur. Le groupe est en forme et le public de Jarny répondra parfaitement aux assaults Grindcore des Suisses. La journée défile et les tartes s’enchaînent, ça fait du bien.

J’écoute de loin Sikth en me restaurant. Ca à l’air plutôt sympa, mais j’ai du mal avec les 2 chanteurs. Autant dans Psykup ça se marie bien, autant là, j’ai du mal à rentrer dedans.
J’essaie également de me faire à The Inspector Cluzo. C’est bien foutu, mais le côté rock / impro me saoule assez vite. En tout cas le public apprécie quand même le concert et réserve un bel accueil au groupe qui n’a rien de Métal.

La nuit et la pluie sont là pour le concert de Carpenter Brut. Je n’ai écouté que 2, 3 titres mais je me dis que de l’électro joué en live avec 2 vrais zicos, ça doit quand même valoir le coup. Et c’est le cas, ça passe plutôt très bien sur scène, même si à la longue ça devient un peu trop répétitif. La fatigue de la journée et l’attente de CoL n’aidant sûrement pas à apprécier pleinement ce concert. Comme tout au long de la journée, le public répond présent et ce malgré des styles bien différents. La petite reprise de « Maniac » de Flashdance permet de terminer le set avec des centaines de Métalleux chantant un tube des années 80. Qui a dis que le Métal était réservé qu’à des gros bourrins.

La fin de soirée arrive avec Cult Of Luna qui sont à Jarny pour leur unique date en France cette été. Autant dire que j’attendais ça avec impatience. Pas de Julie Christmas ce soir donc rien de Mariner, mais le plaisir de retrouver les « vieux » titres sur scènes. Le son est bien fat, même si on retrouve encore ces soucis de buzz et les lights sont toujours aussi magnifique. J’avais envie de voyager avec CoL et ça sera chose faite. Ils savent y faire les Suédois en démarrant directement avec LE morceau que j’attendais le plus : « Vicarious Redemption ». Les yeux se ferment et je me laissent bercer par la musique du groupe. Pendant plus d’une heure, je ne sens plus la pluie, je ne suis plus fatiguée, je suis juste ailleurs. Il faut dire que le groupe a mis les atouts de son côté en incluant « Dim » à la setlist aux côtés des plus classiques « Ghost Trail » ou « In Awe Of » pour clôturer ce set. Le groupe était en plus dans une belle forme avec notamment un Johannes qui passera une grosse partie de son temps sur le promontoire devant la scène. Je crois que je ne peux pas rajouter grand chose, à part que ce groupe sur scène est juste incroyable.

Setlist Cult Of Luna :
Vicarious Redemption
I: The Weapon
Dim
Owlwood
Ghost Trail
Disharmonia
In Awe Of

Cette première édition du Plein Air de Rock, ne sera certainement pas la dernière car le cadre et l’organisation aux petits oignons sont au top. Reste plus qu’une bonne programmation et ça fait un super petit fest.

Depuis 2010, le Impetus Festival nous proposent de très bon concert entre la France et la Suisse. Cette édition 2017 ne déroge pas à la règle et je me rends donc à la Poudrière pour la soirée avec Regarde Les Hommes Tomber, DELUGE, Pauwels et Erwan Keravec.

On commence avec le très conceptuel set de Erwan Keravec qui déambule seul au milieu de la Poudrière. J’ai beaucoup de mal à entrer dans ce concert et j’écoute de loin en attendant que ça se termine.

On reste dans le conceptuel avec Pauwels, mais cette fois c’est beaucoup plus sympa. Les Strasbourgeois, accompagnés ce soir par Fre (ex Membrane) à la deuxième batterie, proposent un MathCore instrumental ultra bien foutu et joue au milieu de la salle. Le contact avec le public est donc très présent et cela se ressent puisque l’accueil est excellent. L’énergie que déploie le groupe est énorme et ça fait un bien fou de voir un groupe comme ça. La demi-heure passe hyper vite et on a qu’une envie, c’est de les revoir. Si ça passe par chez vous, n’hésitez surtout pas.

Je retrouve ensuite les DELUGE sur scène. Comme d’habitude le show de DELUGE est excellent. On sent que l’enchaînement des dates les faits progresser encore et encore. Le show est rodé, les lights collent toujours parfaitement à la musique et les zicos montrent toujours une grosse envie. Le public suit plutôt bien le groupe et le concert se passe bien. Le set sera un peu cours et on n’aura donc pas le droit à Aether en entier, mais c’est avec plaisir qu’on se prend les « Avalanche », « Melas/Kohle » ou « Houle ». Là encore la demi-heure passe vite et permet de continuer la soirée de la meilleure des façons.

On passe ensuite à Regarde Les Hommes Tomber que je vais découvrir sur scène. Je ne suis pas un adepte de Black, mais force est de constater que la réputation du groupe n’est plus à faire. C’est carré, c’est puissant et bien sûr l’ambiance est là. Petite bougie, bâtons d’encens pour diffuser de la fumée, lumière à forte tendance rouge. C’est chiant pour faire des photos, mais ça participe grandement aux shows. Ne connaissant que peu le groupe et n’étant pas hyper fan du style, j’ai du mal à rester captiver tout au long du set. Mais la qualité est là et la soirée se termine très bien.